Ecrit par le 1,Déc,2015 dans Blog, Commentaires de textes | 0 commentaire

                la captive _ Victor Hugo

     

                Les orientales est un recueil de 41 poèmes écrits par Victor Hugo et publiés en 1829. Cette oeuvre littéraire exemplifie l’esthétique romantique car elle entame une rupture avec la poésie traditionnelle. Victor Hugo renouvelle l’imaginaire et les formes poétiques classiques en s’inspirant de la matière exotique, et notamment de l’orient. L’orientalisme est par ailleurs, fortement marqué par le philhellénisme ou engouement de l’époque pour la Grèce alors en quête d’indépendance et en conflit avec les turcs.

Le texte que nous avons à étudier est un poème extrait du recueil poétique Les orientales, intitulé « La captive ». Un jeune femme captive en territoire ennemi sublime son enfermement dans un harem grâce à l’écriture poétique et la rêverie. L’orient est prétexte au jeux de l’imaginaire, à l’inventivité verbale et à la diversité rythmique. Ce poème est composé de 9 strophes de 8 vers, il s’agit de 9 huitains, il s’agit par conséquent d’un poème moderne qui ne reproduit pas un genre poétique précis.

Une question semble donc incontournable : en quoi ce poème est-il romantique ?

Pour ce faire, nous nous attacherons tout d’abord à montrer que ce poème dépeint le portrait d’une femme (I) ; puis nous analyserons le message profond de ce poème, la revendication de la liberté (II) ; enfin, nous montrerons comment se met en place l’écriture romantique (III).

 

Exemple de développement pour le (I)

Ce poème dépeint en premier lieu le portrait aux tonalités romantiques d’une femme. C’est un poème en vers libres qui ne rentre dans aucune genre poétique classique. Il est composé de 9 strophes de 8 vers, 9 huitains. Le lyrisme est ici féminin, le pronom personnel « je » qui ouvre le poème est prend en charge l’énonciation est nostalgique.

Si cette femme est triste et mélancolique, c’est tout d’abord parce qu’elle est captive. La tonalité de ce poème est lyrique, la femme captive s’exprime à la première personne du singulier, notons la présence du pronom personnel « je » qui initie le poème. Le lieu de détention est un pays d’orient, la femme est dans un harem comme le laisse supposer la présence « d’eunuques noirs » et Cette femme est en outre, mystérieuse, nous n’avons aucun détail physique sur son apparence, elle est recluse et donc non visible, sa parole est « étouffée », l’écriture poétique est l’unique possibilité d’évasion et de liberté pour elle.

Par ailleurs, le « je » lyrique dévoile peu à peu son identité. On apprend ensuite que si elle captive c’est parce qu’elle n’est pas une femme d’orient, elle n’est pas « tartare. Elle est grecque est donc captive des Turcs. Le harem dans lequel elle est recluse est gardé par des soldats turcs, les «Spahis» armés de « sabre ». Victor Hugo fait ici allusion à la quête d’indépendance de la Grèce qui veut s’émanciper de l’Empire Ottoman, le conflit débute en 1820.

Enfin, bien que mystérieuse et peu décrite on entrevoit le portrait moral de la femme captive par le biais de la description du paysage qui se découpe en contrepoint du lieu clos du harem.  L’opposition entre le lieu clos et l’immensité de la mer « l’onde » traduit le sentiment de solitude, de la femme esseulée dont la parole est « étouffée ». Le paysage est par ailleurs, crépusculaire, nocturne, cela renvoie à l’esthétique romantique, la quête d’absolu, l’immensité de la nature et la solitude de l’homme. Le paysage, de même que le poème, sont porte-parole, de l’état d’âme de la femme captive à la parole « étouffée » : la mer est « plaintive ».

 

Faire la même chose pour les autres parties :

 

III- L’écriture romantique

II-  La revendication de liberté

 

 

Dans la conclusion :

1- Afin de répondre à la problématique posée en introduction, rappeler pourquoi on est passé du I au II et au III

2- Répondre à la problématique

3- Faire si possible une ouverture en posant une autre question

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article