Ecrit par le 22,Juin,2014 dans Blog, Genres littéraires | 0 commentaire

histoire du roman

Moyen Âge : naissance de la langue romane et du

roman

 

Le Moyen Âge historique commence en 476 et le Moyen Âge littéraire au XIème siècle.

Roman < romain = langue vulgaire, c’est à dire orale / par opposition au latin

La langue romane est parlée par le peuple
Le latin est parlé, lu, écrit par le clergé et l’aristocratie

La langue romane finit par devenir au moyen âge la langue officielle.

On commence à écrire en roman (ancien français).

Le premier roman est écrit en 1080 La chanson de Roland

 

Qu’est-ce qu’un roman au Moyen Âge ?

 

 

1-“mettre en roman” c’est traduire les écrits latins en langue
romane. Les premiers romans sont donc des traductions, des adaptations, on n’invente rien. Les premiers romans puisent donc dans les récits de l’Antiquité, la mythologie :

Le roman de Thèbes

Le roman d’Eneas

2- Ensuite les romans sont des chansons de gestes qui relatent les exploits des héros, la tonalité est épique : matières relatant les aventures des francs (l’armée de Charlemagne) et la matière bretonne (tout le cycle arthurien) :

 Perceval

Le chevalier à la charrette

Le roman de la rose

A la différence de l’épopée ou du conte le roman est destinée à la
lecture et non à la transmission orale.

Au moyen âge il n’y a pas d’imprimerie et donc ce sont les clercs qui mettent en roman des récits antiques ou écrivent des romans utilisant le fonds breton ou celui des francs.

 

 

 

La renaissance : le XVIème siècle

 

Les grands noms du roman sont :

Gargantua, Rabelais, un roman burlesque
Don Quichotte, Cervantès, roman picaresque

Trois courants à la renaissance :

– un courant réaliste : le roman décrit le réel
– un courant picaresque, héroïcomique
Une satire des romans de chevalerie
– un courant précieux “le roman courtois” : les romans de chevalerie
etc.

 

 

 

Au XVIIème, le classicisme

 

On retient en autres essentiellement La princesse de Clèves, Madame de La Fayette
= roman d’analyse, on étudie les passions

– Les personnages sont brossés psychologiquement
– Développement des points de vue, focalisation interne, narrateur
omniscient, le regard triangulaire.

On respecte les valeurs classiques : mesure, bienséance, les codes
de la cour, la notion de gentilhomme etc.

Un idéal précieux

 

 

 

 Le XVIIIème siècle, siècle des Lumières

 

Parmi tant d’autres …

 La vie de Marianne, Marivaux

Manon Lescaut de l’Abbé Prévost

Les Lettres Persanes, Montesquieu

Le roman a vocation à instruire outre que de divertir. Il faut en tirer un enseignement. Il est didactique.

– Dans la Préface de Manon Lescaut l’Abbé prévost veut dépeindre un exemple terrible des passions pour en prémunir le lecteur. Ce roman fonctionne comme un exemplum. C’est un ainsi que le roman commence à retrouver ses lettres de noblesses.

– Dans Les Lettres persanes Montesquieu utilise la distance temporelle
et géographique, de même que la relativité des points de vue pour
faire passer indirectement ses opinions sur la société de son temps. Il
peut ainsi grâce à ses deux personnages, les persans Rica et Usbeck,
brosser une véritable satire de la société française monarchique. Il
critique la monarchie absolue, le droit divin, les moeurs des français
via le regard d’un persan venu en France.

 

 

XIXème siècle, âge d’or du roman

 

Théorisation du roman traditionnel par Victor Hugo et Balzac

– Le roman commence par un incipit et se finit par un excipit
La description du lieu et de l’époque précède au portrait physique
puis moral du personnage
Evolution psychologique du personnage au fil du roman
Chronologie et vraisemblance du récit

Le roman romantique :

– narrateur omniscient le plus souvent, qui sait tout
– personnage anti-héros en quête d’absolu
– registre romantique, pathétique, grotesque (beau et laid)

Le roman d’apprentissage, d’éducation :

Le rouge et le noir, Stendhal

La peau de chagrin, Balzac

Confessions d’un enfant du siècle, Musset

L’education sentimentale, Flaubert

Le roman réaliste :

On donne la parole et le regard au personnage pour créer un effet de réel, montrer leur niveau de langue et leur appartenance sociale etc.

– raconte le réel, on commence à mettre le peuple dans la littérature
– discours directe et indirect, indirecte libre
– focalisation interne ou narrateur omniscient

Maupassant, Bel ami, Pierre et Jean, Une vie
Flaubert, Madame Bovary

Le roman naturaliste :

Un roman engagé qui met en scène lepeuple et les ouvriers. Il dénonce leurs conditions de vie et il fait une démonstration. Il fait une expérience en mettant en scène des personnages dans un milieu et une époque donnée on observe le déterminisme de leur comportement.

Le roman expérimental, Emile Zola

Germinal, Emile Zola

 

 

Le XXème siècle

 

Les genres du roman se multiplient, on a ainsi :

– le roman surréaliste

– le roman fleuve

le nouveau roman :

Il déconstruit le roman traditionnel, la notion d’espace-temps et de personnage est remise en question. Il n’y a plus de chronologie, on joue sur la syntaxe. Le lecteur doit être actif et construire du sens. Il fonctionne comme un puzzle que le lecteur doit reconstituer. La psychanalyse et les lois de la relativité d’Einstein remettent en question nos certitudes et cela doit transparaître dans l’écriture romanesque.

l’autobiographie 

le récit de vie

Partager cet article