Ecrit par le 10,Juin,2014 dans Blog, Genres littéraires | 0 commentaire

Antiquité

 

L’histoire du théâtre occidental puise ses origines dans les cérémonies religieuses de la Grèce antique. Les dionysies, fêtes en l’honneur de Dionysos, dieu du vin.  Au départ la pièce était prise en charge par un chœur, puis il y a eu un acteur (celui qui donne la réplique) ; la persona, ou le protagoniste changeait de masque selon qu’il changeait de rôles. Progressivement il y a eu deux puis trois, puis plusieurs acteurs. Les acteurs étaient tous des hommes et portaient un masque. Le maquillage se substitue ensuite au masque. On distingue deux genres, la tragédie et la comédie.

La poétique d’Aristote, théorise entre autres le genre du théâtre (la mimesis) et ses règles.

Dès le début du christianisme, le théâtre est condamné par les théologiens car ils considèrent que c’est un péché de reproduire les vices de la société sur la scène. De plus, l’acteur, par essence est celui qui ment.

théâtre antiquité

Moyen Âge, V au XVI siècle

 

Le théâtre est à la fois un instrument de divertissement et d’éducation, notamment dans le domaine religieux. On joue sur le parvis des églises et des cathédrales les genres théâtraux suivants :

–  Farce : une pièce de théâtre comique. La farce de Maître Patelin dont l’auteur est anonyme est la première comédie de mœurs en France.

–  Sotie : farce satirique où les acteurs portaient des costumes de sots.

– Moralité : petite allégorie en vers jouée dans le but d’éduquer

–  Mystère : drame religieux traitant des miracles de la passion du Christ, de la vie des Saints qui se jouaient généralement sur le Parvis des Eglises.

théâtre au moyen âge

Théâtre classique, XVIIème siècle

 

Les fondements théoriques du théâtre classique sont La poétique d’Aristote reprise dans La poétique d’Horace.  Le théâtre classique est très codifié.

1- La séparation des genres: la tragédie et la comédie

Comédie : Molière 

Tragédie : Corneille et Racine 

 

théâtre classique

 

            La tragédie                La comédie
Public visé Les prélats et aristocrates La bourgeoisie et le peuple
Personnages Issus de l’aristocratie Issus de la bourgeoisie et du peuple
Niveau de langue Soutenu, en vers

Courant ou familier. En prose. Le vers est réservé aux comédies sérieuses

Le sujet de l’intrique Sujet élevé : politique, religion, amour Sujet bourgeois : mari cocu, maître et valets, avarice, faux dévot etc.

Objectif visé

La catharsis : purger le spectateur de ses propres passions

Castigat ridendo mores, corriger les mœurs par le rire

En commun

La règle des trois unités :– un jour, l’action se déroule en 24h- un seul lieu- une seule intrigue
La bienséance : ne pas choquer les bonnes mœurs de l’époque.
La vraisemblance
Une pièce en 5 actes avec trois grands moments :- une ou plusieurs scènes d’exposition- le nœud de l’action- le dénouement

Dans la tragédie le dénouement est tragique, il y a une mort; dans la comédie le dénouement est heureux.

 

Dans la tragédie le dénouement est tragique, il y a une mort ; dans la comédie le dénouement est heureux.

On trouve également le genre hérité du baroque, la tragi-comédie, on mélange les registres tragiques et comiques et la pièce se termine bien. Corneille en est l’illustre représentant avec le Cid et l’Illusion comique

 

 

Le théâtre des Lumières, XVIIIème siècle

 

Retour des comédiens italiens : chassés par Louis XIV ils reviennent à paris en 1716 rappelé par la Régence.

Naissance des droits d’auteurs : dans son œuvre théâtrale, Le théâtre comique, Goldoni défend  les droits d’auteurs. Auparavant les œuvres n’étaient pas protégées et tout le monde pouvait en disposer. La condition des acteurs et leur niveau de vie augmente peu à peu.

Naissance du métier de metteur en scène : Beaumarchais est le premier à utiliser ce terme. Avant le dramaturge, l’auteur, était chef de troupe et s’occupait de la mise en scène de son texte. La mise en scène devient un métier à part entière.

Théorie sur le métier d’acteur : Diderot explique dans son essai, Le paradoxe sur le comédien, que l’acteur pour être bon ne doit pas s’identifier à son rôle mais le composer en étant le plus objectif possible et le plus éloigné de lui-même.

Le genre du drame, mélange des registres comique et tragique:

Naissance du drame bourgeois et de la comédie larmoyante théorisés par Diderot. Exemple Le fils naturel de Diderot.

Promotion du valet au théâtre :

– Beaumarchais, Le mariage de Figaro : Figaro va déjouer les stratagèmes de son maître et se révéler être plus rusé, voir aussi intelligent que lui.

–  Marivaux, L’île aux esclaves : en inversant leur rôle maîtres et valets prennent conscience de leurs qualités respectives.

Quatre grands théâtres :

L’Opéra, L’Opéra Comique, Le théâtre des italiens et la Comédie française

La censure est forte : la comédie française et le pouvoir en place la règlementent

histoire du théâtre - XVIIIème siècle

 

Le théâtre du XIXème siècle, le drame romantique

 

La préface de Cromwell écrite par Victor Hugo en est le manifeste. De même, la Dramaturgie de Hambourg de Lessing en Allemagne, 1767 pose les fondements de l’esthétique du drame romantique. On se libère des règles classiques et on mélange les genres et les registres. Le plus important c’est la vérité de l’émotion, le message que l’on veut faire passer.

Le drame romantique met en scène un héros passionné et en quête d’absolu.

Quelques pièces de Victor Hugo :

Hernani

Ruy Blas

Alfred de Musset, Lorenzaccio

histoire du théâtre - drame romantique au XIXème siècle

Le théâtre du XXème siècle

 

Le 20ème siècle est le siècle de la mise en scène. Réflexion sur la notion d’auteur, est-il uniquement le dramaturge ?

Le drame naturaliste, André Antoine. Adaptation de romans naturalistes.

Le drame symboliste, l’écriture de la pièce est centrée sur la représentation et la mise en scène. Les acteurs sont le plus souvent inexistants, remplacés par des marionnettes.

Le théâtre moderne revisite des thèmes antiques :

Anouilh, Antigone

Giraudoux, Electre

Entre éternité du mythe et modernité.

Le théâtre surréaliste et symbolique

Alfred Jarry, Ubu roi

Le théâtre de l’absurde :

Camus, Caligula

Sartre, Les Mouches

Ionesco, La cantatrice chauve

Beckett, En attendant Godot

Communiquer est un non-sens, les dialogues sont déconstruits, peu ou pas à propos; au lendemain de la seconde guerre mondiale, le destin de l’homme est devenu incertain et vide de sens. Le théâtre de l’absurde est un anti-théâtre, sans intrigue ni histoire.

Le théâtre de la distanciation de Bertold Brecht

On rompt avec l’illusion théâtrale. Brecht introduit une réfléxion sur la fiction au théâtre et la relation entre la scène, les acteurs et le public. Par un effet de distance, il détruit l’illusion du jeu théâtral et montre la « machinerie » du décor, du jeu des acteurs. Cette distanciation doit permettre au spectateur de ne pas tomber dans le divertissement du jeu théâtral mais bien de réfléchir sur les intentions du metteur en scène et sur le message politique sous jacent. La distanciation force le spectateur à avoir un regard critique. Le théâtre de Bertold Brecht est avant tout un théâtre engagé.

L’Opéra de quat’sous, (1928)

Mère courage et ses enfants (1938)

Le théâtre de la cruauté d’Antonin Artaud dans son essai fameux Le théâtre et son double

La cruauté renvoie ici à la souffrance d’exister, cette souffrance doit être mise en scène. Selon Artaud le théâtre doit retrouver sa dimension sacrée, métaphysique et porter le spectateur jusqu’à la transe. Le théâtre doit abandonner le primat de l’auteur au profit du metteur en scène. Le langage du corps doit prendre le dessus sur le texte.

Etc.

Histoire du théâtre -le théâtre contemprain

Partager cet article