Ecrit par le 10,Juin,2014 dans Blog, Genres littéraires | 0 commentaire

 L’apologue est l’ancêtre de la fable !

 

L’apologue est un genre littéraire qui date de l’Antiquité. L’auteur le plus connu à exceller dans ce genre est Esope, un esclave grec.

L’apologue est l’ancêtre de la fable. Il s’agit d’un récit en prose accompagné d’une moralité. L’apologue a une visée argumentative, le registre littéraire est didactique, le but est de délivrer un enseignement.

téléchargement

L’apologue fait donc partie de l’argumentation indirecte, on passe par une histoire pour illustrer un argument, la moralité.

Au XVIIème siècle Jean de La Fontaine, reprend entre autres les apologues d‘Esope. Il remet la fable au goût du jour, adaptée aux canons esthétiques classiques.

– Les fables sont en vers

– Les vers sont hétérométriques (il joue sur la longueur des vers) : ils imitent la prose. Il instaure ainsi le ton de la conversation chère aux classiques.

– On retrouve la double fonction de la fable : instruire et plaire.

Le récit en vers et la moralité, le ton enjoué de la conversation, et l’ironie.

La moralité ce sont deux ou trois lignes qui se trouvent soit au début soit à la fin.

A qui s’adressent les fables ?

 

Il a plusieurs niveaux d’énonciation dans les fables :

1- Les fables sont écrites pour le dauphin, le fils du roi. Jean de la Fontaine en est le précepteur, c’est pour cela qu’il écrit ces histoires didactiques, qui ont vocation à délivrer un enseignement.

C’est le premier niveau d’énonciation.

2- Son public est cependant plus large. Il écrit également les fables pour délivrer ses opinions tout en se protégeant de la censure. Il y aussi de nombreuses satires sociales ou politiques dans les Fables. Jean de la Fontaine en profite pour peindre et critiquer la société de son temps.

Soit il critique un personnage contemporain de son époque soit il critique un aspect de la société.

 Jean de La fontaine est à mi-chemin entre le discours des anciens et des modernes. Il est entre rupture et continuité. Au XVIIème il y  deux grands courants ceux qui prônent l’imitation des anciens représentés par Boileau et ceux qui prônent la modernité représentés par Charles Perrault. Jean de La Fontaine est le plus souvent fidèle aux anciens.

Les autres formes d’apologues…

 

Si l’on part du principe qu’un apologue est une histoire illustrant une moralité, délivrant de façon implicite un message, l’apologue prend forme également dans:

– un poème narratif à visée didactique

– une nouvelle

– un conte, pensons aux contes philosophiques de Voltaire

Etc.

Partager cet article